Dans un article daté du 28 janvier 2015, Google révèle qu’il est désormais en mesure  de prendre en charge (de crawler et d’indexer) les « locale adaptative web pages ». Il s’agit des pages qui changent automatiquement de contenu en fonction de l’IP d’origine de l’utilisateur ou de la langue choisie (pour les sites internationaux).

Une meilleure prise en charge des pages adaptées au marché local

Par exemple, en tant qu’internaute français, il nous arrive de visiter un site US qui change automatiquement son contenu pour nous proposer une page en français plutôt qu’en anglais. Jusqu’à présent, Google avait beaucoup de mal à traiter ces pages (et il n’indexait correctement que les pages en anglais). Pour cette raison d’ailleurs, les SEO recommandent à leurs clients d’avoir un site par pays cible (le .fr pour la France, le .it pour l’Italie, le .com pour les USA…)

Désormais, Google est en mesure de de traiter ce type de contenu (ces fameuses « locale adaptative web pages), en envoyant son Googlebot depuis diverses IPs situées un peu partout à travers la planète.

Il reste néanmoins préférable de conserver des URL ou des domaines spécifiques

Néanmoins, Google précise très clairement que, en dépit de cette dernière évolution, il est toujours fortement recommandé d’utiliser différentes URL (avec rel=alternate hreflang) ou noms de domaines possédant un contenu spécifique en fonction du pays ou de la langue ciblée.

Note that these new configurations do not alter our recommendation to use separate URLs with rel=alternate hreflang annotations for each locale. We continue to support and recommend using separate URLs as they are still the best way for users to interact and share your content, and also to maximize indexing and better ranking of all variants of your content

Bref… je vois déjà venir mes clients… Donc… « non, pour l’instant on conserve le .com et le .fr » !